Ancienne Pharmacie Historique du Monastère des Sœurs Bénédictines de Pistoia.

 
 L' HISTOIRE DU MONASTÈRE
 
Dans l'histoire récente du monastère des Bénédictines de Santa Maria degli Angeli (Sainte Marie des Anges), ressort la personnalité de Maria Cristina Carobbi, pharmacien et Abbesse pendant douze ans de 1892 à 1904, période marquée par le transfert du Monastère, de l'immeuble sur le Corso (aujourd'hui siège du Lycée Forteguerri) au nouveau siège rénové, le Palais Tolomei datant du XVIIIème siècle.

Par tradition ancienne, commune à toute la communauté monastique bénédictine, à la fois masculine et féminine, outre les activités de broderie, gravure, pyrogravure, création de manuscrits enluminés, il y avait toujours une Pharmacie où l'on produisait des liqueurs médicinales, des produits médicamenteux (composés avec du miel et du sucre) et quelques autres spécialités à base de "simples", plantes médicinales cultivées dans le verger du Monastère.
Le tournant pour la Pharmacie du Monastère sur le Corso, eut lieu vers la moitié du XIV ème siècle avec le début de la production d'un composé d'herbes qui assurait un traitement très efficace contre les maladies provoquées par l'acide urique.
La Pharmacie des Sœurs était un exemple avant-gardiste de l'entreprenariat féminin : "La société Annunziata Carobbi" était célèbre pour sa formule exclusive de la "Tisane aux Herbes Salutaires" et était réclamée par les pharmacies de tous les pays d'Europe pour ses effets prodigieux contre la Goutte.

Les moniales cultivaient les herbes médicinales, les séchaient, les hachaient, les mélangeait et confectionnaient des sachets mono dose, qui ensuite étaient emballés dans des boîtes en fer et expédiés partout.
Toutes les sœurs ne s'occupaient pas des herbes; certaines d'entre elles étaient d'expertes brodeuses, comme par exemple Mère Rosalia, âgée aujourd'hui de plus de quatre-vingts ans, qui brodait sur soie avec un fil d'or, qui reportait avec Mère Gertrude, des broderies anciennes sur des nouveaux tissus pour renouveler les ornements et qui peignait sur soie avec sœur Flora. Aujourd'hui encore, elle continue à travailler avec le pyrographe et les aiguilles de fer, selon la technique des "burins", pour embellir les peaux utilisées pour les couvertures des livres de prières et des lutrins pour le chœur. Mère Rosalia est également la responsable de l'Antique Pharmacie du Monastère des Bénédictines de Pistoia.
  En fait, les religieuses se sont toujours occupées de cultiver les oranges sauvages qui, encore aujourd'hui, poussent dans le verger du Monastère, pour en obtenir des marmelades, des fruits confits et surtout le traditionnel Rosolio de Quinquina dont on trouve déjà trace dans les Chroniques du XVIIIème siècle. Aujourd'hui le Monastère est doté d'un laboratoire moderne, équipé et fonctionnant selon les règles en vigueur. La devise traditionnelle bénédictine "Heure et Labeur", est actuellement vécue par les Bénédictines de Pistoia, sur la base de la Parole de Dieu, la Lecture partagée, la prière et ...le doux travail de la Pharmacie  

 

 

Monastero di Santa Maria degli Angeli - Vicolo S. Michele, 8 51100 Pistoia Tel. E Fax 0573.22795 - cell. 320.4250364 - E-mail: benedettine.pistoia@tin.it